Photos du Sud, votre photographe en Provence !

Au coeur d'un territoire inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO...

Laissez moi vous mener aujourd’hui au pays du Ventoux et de la lavande, à Sault dans le Vaucluse. Ce pays sauvage et authentique, c’est le pays de Giono, c’est aussi un des plus fameux berceaux de la lavande, la fine, celle que jadis on allait ramasser sauvage dans la montagne…
Puis est venu le temps où l’on a eu l’idée de cultiver cette fleur de montagne en la multipliant et en la plantant dans des champs. Est venu ensuite pour le rendement le lavandin, un croisement entre lavande fine et lavande aspic, on le cultive surtout du côté de Valensole dans les Alpes de Haute Provence.

Au pays de Giono
Berceau de la lavande
Patrimoine mondial de l'UNESCO

A Sault et sur toute cette zone à cheval entre le Vaucluse, la Drôme provençale et les Alpes de Haute Provence, on cultive le lavandin mais aussi et encore la lavande. Les deux servent à confectionner des bouquets secs, des coussins que l’on glisse entre les piles de draps, les deux se distillent pour donner de l’essence utilisée en parfumerie, cosmétique, aromathérapie et même dans les produits d’entretien.
La différence entre essence de lavande et de lavandin ? Le lavandin est plus camphré et il est moins cher car son rendement est bien supérieur pour le même travail à celui de la lavande fine. Aussi un conseil, lorsque vous achetez des produits à la lavande, vérifiez bien sa provenance et si c’est de la lavande ou du lavandin car c’est parfois écrit en tout petit.

Les lavandes de Champelle...

Allez, venez visiter une « vraie exploitation » en période de récolte de la lavande…

Je suis arrivé aux « Lavandes de Champelle » la veille du 14 juillet vers 9 heures du matin…
Je m’étais annoncé par mail et je dois dire que j’ai été très touché du sympathique accueil d’Eveline et Pascale. J’ai été étonné et à la fois flatté que ma toute petite notoriété me précède. Il faut dire que toute la matinée les visiteurs que j’ai croisés semblaient ravis de la gentillesse ambiante.

Je vous présente rapidement l’exploitation :
Elle regroupe environ 80 hectares et est gérée par Eveline et Farid.
Vous rencontrerez peut-être aussi Pascale qui travaille à l’année, elle peut aussi bien confectionner des bouquets que coudre les petits coussins remplis de fleurs odorantes, faire des photos et assurer le poste de Community Manager de l’entreprise.
En saison estivale une jeune et courageuse équipe renforce les effectifs pour la coupe de la lavande, le séchage et la confection des bouquets.

Farid m’expliquera que 80 hectares en lavande c’est une petite exploitation et par conséquent pour pouvoir vivre il faut absolument valoriser ce que l’on produit.
C’est pourquoi tout ce qui est vendu ici est fabriqué et valorisé à partir de la production de l’exploitation.
Les bouquets vendus sur place et à l’export en Europe (principalement en Allemagne), les essences, eaux florales qui sont distillées tout près à Monieux puis conditionnées sous étiquettes « Lavandes de Champelle ».

A noter que toute la production, lavande et épeautre est en bio. A Champelle on produit aussi du miel et ne me demandez pas du miel de quoi…

Une astuce qui a son importance pour savoir si vous êtes bien chez un vrai producteur ou juste un revendeur : vous devriez trouver autour des bâtiments en saison un espace ou de grands présentoirs permettent de faire sécher les bouquets de lavande.
Dernier détail, au GAEC Champelle les touristes sont les bienvenus puisque vous y trouverez une aire de stationnement pour camping-car, une ruche pédagogique et que régulièrement des visites guidées sont organisées.

La récolte de la lavande pour les bouquets…

De nos jours, pour la distillation, la lavande est coupée à la machine, pour finir dans une énorme « cocotte-minute », pas la peine d’avoir des plantes en bon état. Il existe cependant un domaine où il est nécessaire d’avoir grand soin du produit lors de sa récolte, c’est la confection des bouquets secs. Cette récolte à l’ancienne, je vous propose d’en voir toutes les étapes sur le diaporama qui suit.
On comprend en voyant cet enchaînement de manipulations que le prix est bien modique lorsqu’on achète un bouquet de lavande. On comprend aussi que tous ces beaux champs il faut les respecter, ne pas se cueillir son bouquet, ne pas piétiner les plants car ce décor de rêve, des gens en vivent…

Aller aux lavandes de Champelle

Les lavandes de Champelle sur Facebook

L’avis « Photos du Sud » !

Au départ je venais faire des photos de coupe de la lavande à la faucille, au final j’ai été convié à suivre toutes les étapes de cette délicate récolte. J’ai rencontré des gens sympathiques qui n’ont pas hésité à m’expliquer leur métier, leurs joies et leurs difficultés.
J’ai beaucoup aimé l’ambiance qui régnait ici, on bosse, c’est dur mais ça reste humain, j’ai aussi adoré cette volonté de traiter un produit du début à la fin, de le valoriser jusqu’à l’emballage. Cela fait du bien de voir que dans l’agriculture avec un peu d’imagination on peut encore s’en sortir, faire la promotion de telles choses, c’est tout ce que j’aime.
Allez-y je vous le recommande…

En venant aux « Lavandes de Champelle » vous pourrez vous approvisionner directement dans la boutique de produits bio en direct du producteur.

Vous pouvez aussi consulter leur catalogue sur leur site internet.

Fermer le menu
Fermer ce panneau