Photos du Sud, votre photographe en Provence !

Lorsque le printemps arrive, le premier fruit rouge c'est la fraise...

Faible en calories, riche en vitamines C et A ainsi que B9 (vitamine importante en cas de grossesse, ceci expliquant peut-être cela), la fraise est le premier fruit rouge que l’on consomme au début des beaux jours.

En Provence on la cultive surtout en primeur. Le Comtat Venaissin est particulièrement réputé et la « Fraise de Carpentras » est même une marque déposée.

Les fraises sont connues depuis l’antiquité en Europe et en Amérique du Nord. Au XVIème siècle, Jacques Cartier rapporte des plants de fraisiers de Virgine.

En 1714, Amédée-François Frézier (ça ne s’invente pas) rapporte cinq plants de « Blanches du Chili ». Il faudra attendre 1740 pour que Antoine Nicolas Duchesne plante ces deux espèces côte à côte et qu’un croisement spontané soit à l’origine des principales variétés actuelles.

Dans le sud de la France, en croisant ces variétés avec des fraisiers nains méditerranéens on obtint la fameuse « gariguette ». Sa culture dans le Comtat Venaissin date de la fin du XIXème, elle s’est développée grâce à l’irrigation liée à la mise en eau du canal de Carpentras.
Sa production est exclusivement primeur, jusqu’à fin mai. On y cultive principalement la « gariguette », la « Ciflorette » et la « Pajaro », elle est consommée comme fruit et alimente également les confiseurs (confitures, sirops, berlingots).

La culture de la fraise dans la région de Carpentras est une culture primeur. Par conséquent il faut favoriser la précocité de la culture et cultiver sous serres. Il y a la culture hors sol, les plants sont installés à hauteur d’homme dans un substrat alimenté en eau et en produits nutritifs.

Elle peut aussi se faire en terre, toujours sous serre. Cette formule est bien entendu plus naturelle mais elle comporte aussi des inconvénients. Au bout de quelques années des maladies que l’on ne peut plus traîter chimiquement s’installent et la cueillette rebute la main d’oeuvre du fait de sa pénibilité.

La fraise est en fait un faux fruit, on mange le réceptacle charnu des fleurs que l’on voit se former sur la photo lorsque les pétales sont tombées. Le fruit de la fraise, ce sont les petites graines en surface, les akènes.

La cueillette des fraises demande beaucoup de soin car le fruit est très fragile. Elle ne peut s’effectuer que manuellement. Elles sont immédiatement mises en barquettes qui sont pesées et réparties dans des cagettes en bois.

Au niveau mondial, on favorise surtout la forme, la couleur et la fermeté de la fraise. Les sélectionneurs français travaillent surtout l’arôme et c’est peut-être ce qui fait la différence avec les fraises espagnoles, par exemple, produites à bas coût grace à une main d’oeuvre peu chère et que l’on trouve principalement dans la grande distribution.

Chaque année à Carpentras se déroule mi-avril la « Fête de la Fraise ». Des producteurs locaux y sont présents, il s’y est vendu pas moins de 5.5 T cette année.

Durant cette fête de nombreuses animations permettent de découvrir la fraise sous toutes ses formes, en bonbon, enrobée de chocolat ou cuisinée par des chefs locaux.

Merci à Nathalie et Ghyslain pour leur accueil sur leur exploitation.
Vous pouvez retrouver leurs productions tous les soirs À Velleron, mercredi et samedi matin à Monteux, samedi soir Bedoin, lundi matin à Bedarrides!

La saison de la fraise ne dure pas très longtemps alors profitez-en. Si vous êtes dans la région, de plus en plus de producteurs comme Nathalie vendent leur production en directe sur des marchés ou sur l’exploitation. N’oubliez pas non plus les confiseurs, pâtissiers et restaurateurs qui savent si bien sublimer ce produit. 

Et si vous êtes loin, privilégiez la qualité et le goût, demandez la fraise de Carpentras, en tout début de saison c’est la meilleure. Plus tard d’autres régions de France vous fourniront d’autres fraises toutes aussi succulentes.

Fermer le menu
Fermer ce panneau